• «A ma petite maitresse adorée »

    Bonjour ma jolie Rose-Bleue, au toucher si soyeux
    Sais-tu que ma seule fierté, c'est tes yeux heureux.

    Tes mains si fines, comme celles d'un nouveau-né
    sont destinées à caresser, et non pour travailler.

    Où coures-tu ainsi si vite, prends donc le temps de vivre
    Regardes autour de toi, tu y verras de belles histoires à suivre.

    Qu'as-tu fait à mon c½ur, le voilà qui se met à chanter
    Serait-il envoûté comme c'est souvent dans les contes de fée.

    Ne crains de moi, malgré mon air si morose
    Je veux seulement être ton amant, jolie Petite Rose.

    Belle créature de rêve, que fais-tu seule dans la nuit
    Viens donc te réchauffer sous le soleil de mon Paradis.

    Il paraît certes bien petit, mais si immense à l'intérieur
    Un monde parallèle où chacun est beau avec un grand C½ur.

    Ce sourire lumineux sur ton visage si doux
    Ne peut sans aucun doute, que me rendre fou.

    Surtout restes toi-même, ne changes pas ta façon de vivre
    C'est là les mystères de la vie, qu'on ne trouve dans aucun livre.

    C'est grâce aussi, à tes grands éclats de rire charmeurs
    Que j'ai redécouvert à nouveau le bonheur.

    Mais donnes-moi vite le Secret de ton filtre d'Amour
    Que je puisse à l'infini, t'aimer pour toujours.
    Ecrit par Allan17.

  • « Ma totale plume indécente oublie sa pudeur pour toi ».

    C'est dans ce discret, ton d'impudeur érotique
    Que ma pensée voyage survolant tes contrées
    Et, je suis en partance pour cet endroit magique
    Où je boirai tes lèvres en baisers passionnés
    Par ce rythme effréné nous- nous sommes pénétrés
    L’incandescente braise par ta fleur attisée
    Et la complicité de nos souffles libérés
    Nous mènent à la jouissance trop exacerbée.

    Et la rudesse de ma virilité masculine ajoute à ton plaisir
    L’écorce griffant tes reins te pousse à me saisir
    Accrochée à mon cou, ton corps excité
    Empalé par mon étendard et mes bourses satinées
    L’ambiance de cette rivière sur nos corps affamés
    Nos regards sans détours de désirs savoureux
    Nous réclament en puissance à toujours inventer
    Son frisson est palpable au bout du sein soyeux.

    Une plume tombée d’un nid mémorise contours
    Et en tourbillonnant se grise et te savoure
    Entre ses doigts espiègles, elle caresse tour à tour
    La lèvre, le sein, le cou, parfois le puits d’Amour
    Dans ta chapelle ardente tu allumes la bougie
    Et plus la flamme est chaude, plus je t’entends rugir
    Dans ton corps si brûlant devenu ostensoir
    De ta lumière divine tu éclaircis le soir.

    C’est cette nitescence qui irradie tes yeux
    Ton exiges la semence produite par les Dieux
    Et avec véhémence tu prends ce divin pieux
    Pour à ta convenance, en jouir encore bien mieux
    La pendule se balance si l’heure n’a pas sonnée
    Grande et petite aiguille voudraient bien s’accoupler
    Et leur concupiscence me fait bien rigoler
    Car oubliant le temps, le notre n’est pas compté.

    Et les nuits à rallonge profitent à nos envies
    Dans cette suave atmosphère un amour se découvre
    Ce n’est pas à la pompe que l’on sera servi
    Pour le plein de nos sens, nous possédons ce rouvre
    Songe donc si ça te manque, je serai toujours prêt
    Pour enflammer tes reins d’exquises sensations
    J’aime la quintessence de nos chaires en fusion
    Charnelle, je te l’accorde l’esprit est hors de portée.

    Si ma plume dérape, il faut lui pardonner
    Parfois son insolence frise le mauvais goût
    Mais, c’est dans ces instants que l’on peut apprécier
    Ma totale indécence prise par n’importe quel bout.
    Avec toute ma tendresse brulante d’amour pour toi Allan17.

  • Note 2.22 Ta note est enregistrée.+ 5 bisous imen

  • Bonjour shanaya je te souhaite une trés bonne journée , bon vendredi bisous imen

  • je viens te souhaiter une bonne soirée
    ♥ ☆ ♥ ☆...GROS BISOUS ..♥ ☆ ♥ ☆ ♥ ☆ ♥ ☆